les nacres de méditerranée en péril
les nacres de méditerranée en péril (en français)
13 Novembre 2018
C’est une catastrophe écologique qui a été découverte en baie de Villefranche-sur-Mer. Plusieurs dizaines de nacres de Méditerranée ont été trouvées mortes, certainement à cause d’un parasite qui actuellement tue toutes les nacres de Méditerranée.

Pouvant atteindre 1 mètre de haut, cet exceptionnel bivalve se tient le plus souvent à la verticale, la pointe de la charnière enracinée dan le substrat par le byssus. On la rencontre sur des fonds sablonneux au milieu d’herbiers de Posidonies.
Sa chair n’est pas comestible, et le fait qu’elle soit devenue très rare sur notre littoral est plutôt dû à des ramassages abusifs pour en faire des ornements ainsi qu’à une exposition aux filets, engins de traîne ou encore aux ancres des bateaux qui les arrachent de leur support.
Les zones protégées, ou réserves marines, peuvent favoriser le développement et le repeuplement d’espèces de ce genre. 
La Grande Nacre fait partie des espèces protégées.
Reportage : Bernard Peyrano et Jean-Marc Sara – Images Anao/Olivier Jude

les nacres de méditerranée en péril (in english)
13th November 2018
It is an ecological disaster that was discovered in the bay of Villefranche-sur-Mer. Dozens of Mediterranean Pina Nobilis have been found dead, certainly because of a parasite that currently kills all the Mediterranean pearls.
With a height of 1 meter, this exceptional bivalve is most often held upright, with the hinge point rooted in the substrate by the byssus. It is found on sandy bottoms in the middle of Posidonia meadows.
Its flesh is not edible, and the fact that it has become very rare on our coastline is rather due to improper collection for ornamentation and exposure to nets, or to the anchors of the boats that pull them from their support.
Protected areas, or marine reserves, can promote the development and repopulation of such species.
The Great Nacre is one of the protected species.
Report: Bernard Peyrano and Jean-Marc Sara – Images Anao/Olivier Jude
Villefranche-sur-Mer : les nacres mortes à cause d’un parasite